Share Poll

Poll link

500 px
350 px
250 px
Preview

widget preview:

Width - px Height - px

Close preview
! You are using a non-supported browser Your browser version is not optimised for Toluna, we recommend that you install the latest version Upgrade
Our Privacy Notice governs your membership of our Influencer Panel, which you can access here. Our website uses cookies. Like in the offline world, cookies make things better. To learn more about the cookies we use, check out our Cookies policy.

appy8

  3 months ago

Le rouge à lèvres, arme de séduction massive, à travers les âges
Closed

Selon les époques, le rouge à lèvres a eu différentes significations sociales et politiques : tantôt vu comme un symbole féministe, un partenaire de lutte, ou, à l’inverse, un outil d’oppression, emblème du patriarcat.

Se mettre du rouge à lèvres. Un geste associé à la féminité, qui en dit long, autant sur l’intime que le collectif. Symbole d’émancipation, d’affirmation de soi pour les uns ; emblème du conformisme et de la soumission aux normes de beauté pour les autres, ce petit tube de pigments est un vrai paradoxe.

Derrière ses airs superficiels, cet objet témoigne de l’évolution de la place des femmes dans l’espace public. Un tube de rouge, ça ne change pas le monde, certes, mais ça peut le raconter.

Histoire : S’enduire les lèvres de vermillon est l’un des gestes les plus anciens du maquillage. On pense que l’une des premières à l’avoir fait est Cléopâtre, mais ça peut remonter à bien plus longtemps. Selon les époques, c’est une pratique qui revêt différentes significations.

À la fin du XIXème siècle, début XXème, le rouge à lèvres entre dans une révolution industrielle et esthétique. C’est là qu’il devient le bâton de pigments que l’on connaît aujourd’hui, emblème de la culture de masse. Avant, se maquiller en public était impudique, incorrect. Le rouge à lèvres était le symbole du péché, de la déviance, associé aux prostituées ou aux femmes de scènes. Il restait dans la sphère privée, d’autant qu’il n’était pas pratique : c’était une pommade qu’on appliquait au doigt ou avec un pinceau appelé putois.

Début XXème, une comédienne va casser les codes en France : Sarah Bernhardt. Pionnière du star-system, c’est elle qui popularise le rouge à lèvres en dehors de la scène. Elle s’en met librement dans l’espace public, avec la volonté d’apparaître libre. ​Mais les débuts sont timides, discrets, dans une société qui demeure hostile aux femmes.

Quelques années plus tard, le lipstick prend des couleurs plus politiques. Arme de la rue, il accompagne les prémices des combats féministes, devenant un partenaire de lutte. Le mouvement des suffragettes, pour le droit de vote des femmes, s’en empare. S’afficher dans la rue avec les lèvres peintes est un gage de visibilité, un appel au regard. ​D’autant que la bouche est un organe symbolique, c’est de là que sort la parole, et donc, les idées. Le rouge agit comme un porte-voix.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le petit tube pigmenté fait partie intégrante de l’idéologie de chaque camp. La féminité est instrumentalisée, devenant un élément clef de la propagande. On disait qu’Adolf Hitler avait en horreur les "femmes peintes" et particulièrement le rouge à lèvres. Pour les nazis, c’était le symbole de la débauche du modèle occidental. Mais pour les Américains, le lipstick était associé au patriotisme. C’était une peinture de guerre pour mobiliser les femmes restées travailler, en leur rappelant insidieusement de rester féminines.

La guerre se termine, ces dames sont contraintes de rentrer à la maison et doucement, se farder la bouche, geste qui jadis incarnait l’outrage et l’insolence, commence à prendre des airs de camisole. Les années 1950 marquent un tournant dans la publicité, les femmes y sont beaucoup plus sexualisées.

En 1948, plus de 90 % des Américaines portent du rouge à lèvres quotidiennement. On n’est plus dans un acte émancipatoire ou dans l’audace, on est dans le conformisme. Ça devient l’uniforme de la ménagère, le symbole de la femme-objet, du patriarcat. Désormais, le rouge à lèvres apparaît comme 2 traits dessinés pour barrer la bouche des femmes.

Dans les années 1970, les mouvements féministes s’érigent contre le bâton pigmenté et tous les symboles de la féminité corsetée. Les divisions se creusent en 1990 quand, à l’inverse, d’autres mouvements défendent ces codes. L’hyperféminité y est revendiquée comme étant une liberté, un choix.

Quelques décennies plus tard, au XXIème siècle, le sulfureux bâton rouge a fait son bout de chemin, jusqu’à devenir un symbole de pouvoir utilisé par des politiciennes américaines comme Sarah Palin, ou Hillary Clinton. Mais il reste un objet clivant, au sein duquel règne une dualité.

L’histoire du rouge à lèvres souligne tout de même une chose qui fait consensus : le visage et le corps des femmes sont sans cesse matière à débats. Leur apparence est un terrain sensible, parce que le devoir de beauté a toujours plus pesé sur leurs épaules.


Le port du masque ne m'a pas empêché de sortir mon arme : mes tubes de rouge à lèvres qui se seraient ennuyés. Le hic, c'est que mes masques sont plus salis par le rouge que par mon souffle. Et fut un temps je ne portais que du vrai rouge, le marchand de journaux à la gare m'appelait "rouge baiser" comme la pub de la célèbre marque que je vous ai mise en illustration.

Et vous, les filles, vous êtes adeptes du rouge à lèvres, quel que soit sa couleur d'ailleurs ?
Reply

ISA44660

  3 months ago
j'aime bien mettre du rouge à lèvres de temps en temps. Avec le masque, ça n'a pas vraiment d'intéret.
0 comments

Vivalavie

  3 months ago
je ne suis pas fan de rouge à lèvres , encore moins du rouge ou couleurs bien flachies , quand tu ne vois que cela sur un visage ....je préfère largement les sticks ou baume à lèvres et exceptionnellement ceux qui sont un peu coloré mais couleurs pastels , qui ne se voit que très peu .
0 comments

ko.k.13

  3 months ago
J'aime bien porter du maquillage, et notamment du rouge à lèvres quand je sors travailler principalement, pas forcément rouge, souvent des couleurs plus douces. A mon äge, ça aide, car maquillée j'ai l'air moins fatiguée. Mais actuellement avec le masque hélas ça ne m'arrive pas souvent. Je me suis même acheté un tube de "vrai" rouge à Noël, et je n'ai pas encore pu en porter ne serais ce qu'une seule fois ! J'ai du coup une impression d'inachevé, pour moi le maquillage n'est pas complet sans celui des lèvres. J'en ai marre de ce port du masque qui n'en finit plus....
0 comments

Bérengère88

  3 months ago
Je ne me suis que très peu maquillée, un peu les yeux et fond de teint pendant 3-4 ans, mais je n'ai jamais été tentée par le rouge à lèvres, fusse-t-il d'une autre couleur ;)
0 comments

loloricol

  3 months ago
pas vraiment ...juste du gloss de temps en temps !
0 comments

Karmaca

  3 months ago
Depuis que je me maquille (1er maquillage à l'âge de 15 ans) je porte du rouge à lèvre tout les jours, un trait de crayons nir aux yeux et de rimmel. Cela fait partie de ma routine que je sorte ou pas.
1 comments

Copied to clipboard

You’re almost there

In order to create content on the community

Verify your Email / resend
No thanks, I’m just looking

OK
Cancel
We have disabled our Facebook login process. Please enter your Facebook email to receive a password creation link.
Please enter a valid Email
Cancel
We're working on it...
When you upload a picture, our site looks better.
Upload